Skip links

« Coopérer ou périr » : à la COP27, le chef de l’ONU appelle à un pacte de solidarité pour le climat

« L’humanité a le choix : coopérer ou périr. Il s’agit soit d’un pacte de solidarité climatique, soit d’un pacte de suicide collectif », a déclaré le chef de l’ONU à plus de 100 dirigeants mondiaux réunis pour la première séance plénière officielle de la COP27 à Charm El-Cheikh, le 7 novembre 2022. 

Le pacte proposé verrait tous les pays déployer des efforts supplémentaires pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et les nations les plus riches et les institutions financières internationales fournir une assistance aux économies émergentes. Le pacte viserait aussi à mettre fin à la dépendance aux combustibles fossiles et à la construction de centrales au charbon et à fournir une énergie durable pour tous. 

« Les deux plus grandes économies – les États-Unis et la Chine – ont la responsabilité particulière d’unir leurs efforts pour faire de ce pacte une réalité. C’est notre seul espoir d’atteindre nos objectifs climatiques », a souligné M. Guterres dans son discours. 

En route vers l’enfer climatique 

Rappelant que la planète approchait rapidement de points de rupture pouvant rendre le « chaos climatique » irréversible, le chef de l’ONU a déclaré que « nous sommes sur une route vers l’enfer climatique avec le pied sur l’accélérateur ». 

Il a ajouté que si la guerre en Ukraine et d’autres conflits ont causé tant d’effusions de sang et de violence et ont eu des impacts mondiaux dramatiques, l’ONU ne peut accepter que l’attention ne soit pas également concentrée sur le changement climatique. « C’est la question déterminante de notre époque. C’est le défi central de notre siècle. Il est inacceptable, scandaleux et autodestructeur de le mettre en veilleuse », a-t-il souligné.

Taxer les compagnies pétrolières

M. Guterres a demandé aux gouvernements de taxer les bénéfices exceptionnels des entreprises de combustibles fossiles qui ont été générés par la pandémie et de rediriger l’argent vers les personnes confrontées à la hausse des prix des denrées alimentaires et de l’énergie et vers les pays subissant des pertes et des dommages causés par la crise climatique. 

« Les impacts mortels du changement climatique sont ici et maintenant. Les pertes et les dommages ne peuvent plus être balayés sous le tapis. C’est un impératif moral. C’est une question fondamentale de solidarité internationale – et de justice climatique. Ceux qui ont le moins contribué à la crise climatique récoltent la tempête semée par les autres », a-t-il souligné, ajoutant que lors de la COP27, les dirigeants doivent s’entendre sur une feuille de route claire et assortie de délais reflétant l’ampleur et l’urgence du défi. 

Pour le Secrétaire général, obtenir des résultats concrets sur les pertes et dommages est un « test décisif » de l’engagement des gouvernements pour le succès de la COP27. 

Plus de financement pour l’adaptation 

Le chef de l’ONU a également appelé à des progrès en matière d’adaptation et de renforcement de la résilience aux futures perturbations climatiques, notant que trois milliards et demi de personnes vivent dans des pays très vulnérables aux impacts climatiques. 

Cela signifierait que les pays tiendraient la promesse faite l’année dernière lors de la COP26 de 40 milliards de dollars de soutien à l’adaptation d’ici 2025. 

« Nous avons besoin d’une feuille de route sur la façon dont on aboutira à cela. Et nous devons reconnaître que ce n’est qu’un premier pas. Les besoins d’adaptation devraient atteindre plus de 300 milliards de dollars par an d’ici 2030 », a prévenu le Secrétaire général. 

Il a également souligné la nécessité pour les institutions financières et les banques internationales de changer leur modèle commercial et de contribuer aux efforts. 

Leave a comment